Samedi 22 septembre 12 H

Paris, les années lumineuses 1905-1930

Diaghilev et Les Ballets Russes

« Étonne-moi !»
Diaghilev à Jean Cocteau

À part le très beau film Coco Chanel & Igor Stravinsky (2009) de Jan Kounen, il n'existe pas à proprement parlé de film sur Diaghilev et ses Ballets russes, digne de son nom et de ce qu'il a légué à l'art et à l'humanité.

En ce sens, il faut reconnaître que Perry Miller Adato est celle qui a le mieux cerné cette époque charnière du siècle dernier, où Picasso, Fokine, Nijinski, Debussy, Stravinsky, Braque, Chanel, Cocteau, Lifar, Nijinska, Balanchine ont fréquenté de près le fameux impresario des Ballets russes. Il était descendu à Paris en 1905 pour des saisons d'opéra...

Perry Miller Adato (Gertrude Stein, Georgia O'keeffe, Eugene O'Neill, Picasso) est une pionnière du cinéma documentaire aux États-Unis. Elle fut la première femme à recevoir le prestigieux Director’s Guild of America en 1977, et son style a, depuis, été imité par plusieurs autres cinéastes de renommée.

Contagieuse, sa fascination pour Paris lui est venue très tôt, avant même que Woody Allen imagine son Midnight in Paris. Il y a 30 ans déjà qu'elle eut l’idée de capturer l’effervescence de cette ville lumière, berceau de toutes les formes d’art contemporain. Inévitable alors que Les Ballets russes sont au cœur de son délicieux documentaire.

Depuis toujours, Montréal est reconnue comme une ville qui aime la fête. Les artistes s'y retrouvent, s'y sentent bien. Si l'essor artistique y est impressionnant aujourd'hui, c'est certainement qu'elle regorge de cafés où les artistes en herbe refont le monde... Comme au temps des cafés au pied de la Butte-Montmartre, jadis si importants pour Picasso et ses amis danseurs...

Réalisation Perry Miller Adato
US | 2010 | 104’ | Documentaire | en français

En première partie

circus

The Forgotten Circus
de Shelly Love | UK | 2008 | 6’ | Court
Sur le grand succès In this Shirt du britannique Jamie McDermott & de son groupe The Irrepressibles. Encore inconnus en Amérique...


Samedi 22 septembre 14 H 30

Jerome Robbins

Something to Dance About

« So I wrote [Balanchine] a note and said “... I’d like to work with you, I’ll come as anything you need or anything you want. [...] – I got a note back saying ‘Come on.’” »
Jerome Robbins

L’une des personnalités les plus contradictoires et controversées de son époque. Maître invétéré de la comédie musicale (West Side Story, Gypsy, Peter Pan), il compte parmi les meilleurs chorégraphes de ballet que l’Amérique ait jamais connu.

Jerome Robbins méritait un hommage aussi savamment construit. Extraits de ses journaux personnels, archives de ses performances, vidéos inédites de ses pratiques, entrevues qu’il a lui-même livrées, en plus des témoignages de 40 de ses proches, amis et collègues tels que Mikhail Baryshnikov, Jacques d’Ambroise, Suzanne Farrel, etc.

Son œuvre remarquable a redéfini pour toujours la danse et le théâtre musical pour s’adapter à un public contemporain, rapporte Susan Lacy, créatrice et productrice principale de la série American Master diffusée à PBS. Le génie artistique de Robbins est à jamais immortalisé par ce reportage d’une grande qualité, ainsi que le talent formidable de tant d’autres figures majeures américaines dans cette série remarquable qui livre régulièrement, et ce, depuis plus de 25 ans des œuvres documentaires magistrales et inspirantes.

Claude Bessy, qui a travaillé avec Robbins, nous présentera le film.

Réalisation Judy Kinberg
US | 2008 | 120’ | Documentaire | en anglais

Samedi 22 septembre 16 H 30

Life in Movement

Tanja Liedtke, la jeune Pina Bausch…

« I was left asking myself: “Man, am I doing everything I possibly can – am I giving my all in everything I do?”» Trevor Groth, membre du comité de sélection du Sundance Film Festival

Life in Movement de Bryan Masson et Sophia Hyde a fait courir les foules au dernier Cinedans d'Amsterdam et a remporté tous les honneurs. Ce film retrace la vie et la carrière de la talentueuse danseuse et chorégraphe d'origine allemande Tanja Liedtke, morte tragiquement à 29 ans, tout juste après avoir été nommée à la tête du Sydney Dance Company. On la comparait à la jeune Pina Bausch tant sa nature crevait la scène.

Ce collage d’entrevues intimes et de vidéos filmées par Tanja elle-même – une pratique artistique intégrée dans sa démarche – montre une artiste dévouée, intelligente, bouffonne et généreuse. La fraîcheur de sa vision manquera sans nul doute au milieu de la danse. Par ailleurs, des extraits de deux de ses pièces phare Twelfth Floor et Construct, produites avant et après sa mort, illustrent sa bonté, sa profondeur.

Mais plus que tout ce sont ses proches qui ont trouvé l’issue de leur deuil dans la confection de cet hommage sur sa courte, mais brillante carrière. Ce film sur Tanja Liedtke permettra certainement à son talent de lui survivre..

Réalisation Bryan Masson
AU | 2011 | 80’ | Documentaire | en anglais

Extrait vidéo

En première partie

coup de grace

Coup de grâce
(chor. Jordi Cortés Molina et Damián Muñoz) de Clara van Gool UK | 2011 | 26' | Moyen
Présenté dans plus de 30 pays. Prix de la meilleure chorégraphie à l'écran, Cinedans Amsterdam 2011


Samedi 22 septembre 19 H

Let’s Dance : Broadway goes Hollywood

« Messieurs, il vous sera impossible de résister au charme de Cyd Charisse... »

Après la projection de Let's Dance, si vous ne prenez pas les jambes à votre cou vers la piste de danse la plus proche, on se demandera ce qui coule dans vos veines?

Cet inspirant documentaire de Clara Kuperberg est une véritable leçon d'histoire des années glorieuses du pays du Magicien d'Oz. Kuperberg retrace, à l’aide d’archives et d’extraits minutieusement choisis des plus grandes comédies musicales made in USA, l’histoire américaine du siècle dernier et ses plus grands bouleversements. De l’âge d’or hollywoodien (Chantons sous la pluie), à la lutte raciale (Stormy Weather), de l’esclavage (Showboat) à la Grande dépression (42nd Street), jusqu’à la Seconde Guerre mondiale et la Guerre du Vietnam (Hair). Let's Dance nous entretient également sur le Maccarthysme (La Belle de Moscou) et la Guerre des gangs (West Side Story).

Ce délicieux portrait historique est livré à travers les témoignages de deux des plus grandes figures de l’apogée de la comédie musicale : la séduisante Cyd Charisse (1922-2008), et le prodigieux Hermès Pan (1910 1990), chorégraphe attitré des Fred Astaire, Ginger Rogers, Cyd Charisse, Michael Jackson...

Clara Kuperberg dédie cette projection à la mémoire de son père Robert, décédé récemment. Il avait réalisé les entretiens avec Cyd Charisse.

Réalisation Clara & Robert Kuperberg
FR | 2009 | 52’ | Documentaire | en anglais avec s.-t. français

Extrait vidéo


Samedi 22 septembre 20 H 30

From Mambo to Hip Hop

« For us, culture expression is the medicine. »

Dès la fin de la Seconde Guerre, les Portoricains débarquent en masse avec leurs guitares et leur sang chaud dans le South Bronx. Le mambo envahit alors les rues du quartier déglingué new-yorkais. Plus tard, ce seront les Cubains. Ensemble, ils composeront la musique de la rue, celle qui fera s'émoustiller les parents des premiers artistes du hip-hop dans les années 70. Ils avaient une rage au ventre, une musique au corps, qui les a soignés, note par note, pas à pas, une musique qui leur a permis d'exulter leur sort.

Henry Chalfant dessine, à travers From Mambo to Hip Hop, une ode à la vie, à la fierté de l'Homme qui, même sans le sou, aura toujours au fond de lui la force de s'enflammer, pour transcender sa vie, et la danser. Nul besoin de théâtre royal.

Réalisation Henry Chalfant
US | 2007 | 57’ | Documentaire | en anglais

En première partie

fugue

Chant et Fugue
de Martin et Facundo Lombard | US | 2012 | 4’ | Court
Prix du public au Dance Camera West 2012, LA

free

Free Expression
de Martin et Facundo Lombard | US | 2011 | 15’ | Moyen
Les Lombard Twins : quand Michael Jackson rencontre l'Argentine.


Samedi 22 septembre 22 H 30

Dzi Croquettes

« Prix du jury Best Outstanding Documentary » Los Angeles Dance Camera West, 2010

En 1968, la population du Brésil est au prise avec un violent régime de dictature dont la censure militaire de la liberté d’expression faisait des ravages au niveau artistique et culturel. Environ 500 films, 450 pièces de théâtre et 1000 chansons ont été censurés par la brigade Al-5 . Le journaliste brésilien Nelson Motta en parle comme d’un état terroriste « …a State terrorism which lasted until 77 or 78. »

La jeunesse avait besoin d’inspiration, elle l’a trouvée dans l’énergie de la troupe de théâtre Dzi Croquettes. Combinaison du style novateur de danse signé Lennie Dale, de satires politiques grinçantes et des débuts de la musique bossa-nova brésilienne, Dzi Croquettes a créé de l’émoi, et de l’espoir dans une population bâillonnée et opprimée. Soutenue par leur marraine enthousiaste, Liza Minnelli, la troupe a envahi les scènes du Brésil et de l’Europe, leur sensualité hypnotique, leur humour, et leurs performances explosives. C’était une authentique célébration non violente de la liberté individuelle.

Pour des raisons évidentes, vous trouverez l’intérêt d’aller vous délecter de ce documentaire soigneusement construit et retrouverez peut-être, pour vous-même, audace et fougue.

Réalisation Raphael Alvarez et Tatiana Issa
BRA | 2009 | 110’ | Documentaire | en anglais

Extrait vidéo

En première partie

beauté

La beauté (tôt) vouée à se défaire
de Cécilia Bengolea et Donatien Versmann | FR | 2011 | 10' | Court
« Nous avons tenter de traduire la volupté amazonienne, depuis le début des temps » Cecilia Bengolea