Éditorial

Danser au-delà des apparences, pour « Guérir les blessures »

Comment les artistes d’aujourd’hui, qui marient la danse, le cinéma et les nouvelles technologies se libèrent-ils de la parole, pour ressentir l’autre, pour vivre moins dans l’accumulation des connaissances, de l’intellect, mais davantage dans l’intelligence de nos sens?

À l’ère du numérique, des réseaux sociaux, de la pléthore d’images et de vidéos qui inondent nos vies au quotidien, notre événement Cinédanse Ottawa 2019 nous permet de nous arrêter pour mieux nous comprendre et chercher à faire fondre les sentiments d’exclusion qui inondent notre société. La danse nous y aide.

Parce qu’il y a du sens, un sens au-delà des mots, des paroles, des connaissances… Un geste, un toucher, une tension refoulée qui s’extériorise, l’ombre de soi-même, un mouvement vers l’autre, contre l’autre, un pas en avant pour retrouver sa route, une vrille à deux où l’on s’égare encore un peu, une foule qui s’agite – toutes ces danses symbolisent nos existences. Les profondeurs de nos gestes que l’on danse à l’écran donnent un sens et sont des échos précieux qui expriment nos jours, nos nuits, nos rêves et nos envies.

Ce sera l’occasion de se questionner sur notre rapport à l’autre, au vivre et au vieillir ensemble, en couple, en société, dans l’intimité de nos existences, à l’aube comme au crépuscule de nos vies, avec nos différences.

Sylvain Bleau